Le mélanome : tâchez d’y penser !

10/08/2022

Share this article

Mélanome

MSD France lance la campagne d’information « Tâchez d’y penser » pour alerter le grand public sur le risque de mélanome et favoriser l’autosurveillance.

Mélanome, le cancer de la peau le plus dangereux

Près de 200 000 personnes sont atteintes d’un mélanome en France et plus de 15 500
nouveaux cas sont détectés chaque année, un nombre en constante augmentation 1 .

Méconnue, la gravité du mélanome est sous-évaluée par la population générale alors qu’il s’agit du
cancer de la peau le plus dangereux et le plus fréquent chez l’adulte jeune entre 25 et 50 ans 2 .


Le mélanome se développe à partir des mélanocytes, les cellules qui produisent le pigment du
bronzage – la mélanine, et se situent dans la couche profonde de l’épiderme. 80% des mélanomes
cutanés se développent sur une peau saine, et dans 20% des cas à partir d’un ancien grain
de beauté 3 .
Le mélanome de la peau a la capacité de devenir invasif (lorsqu’il atteint le derme) et
de former des métastases dans les organes distants (poumons, foie, cerveau…) ou les ganglions
lymphatiques environnants.

L’exposition solaire, principale cause des cancers cutanés

Tout le monde est susceptible de développer un mélanome, cependant nous ne sommes pas tous
égaux face aux risques.

Les personnes présentant le plus de risques ont en effet la peau, les yeux et les cheveux clairs, bronzent difficilement et prennent facilement des coups de soleil.

La principale cause connue des cancers cutanés reste l’exposition solaire excessive,
notamment lorsqu’elle survient de façon répétée au cours de l’enfance.
Les rayons ultra-
violets artificiels des cabines de bronzage sont aussi dangereux que les UV solaires. Les personnes
qui ont commencé à avoir recours à des UV artificiels avant l’âge de 30 ans voient ainsi leur risque
de développer un mélanome augmenter de 75% 4 .


Avoir plus de cinquante grains de beauté mesurant plus de 5 mm de diamètre, présenter au
moins deux grains de beauté irréguliers, ou encore avoir un grain de beauté depuis la naissance et
d’une taille importante (20 cm), constituent aussi des facteurs de risque. Une immunité faible, ou
immunodépression, augmente également le risque d’avoir un tel cancer de la peau.

Enfin, les mutations de certains gènes accroissent le risque de développer un mélanome,
dont la forme dite familiale est considérée comme une maladie rare. 10% des mélanomes seraient
provoqués par des prédispositions génétiques 5 . Une personne ayant déjà eu un mélanome a ainsi
un risque accru d’en développer un autre.

Ne négliger aucune anomalie sur sa peau

Un grain de beauté a changé d’aspect ? Une nouvelle tache est apparue ? La détection du
mélanome à un stade précoce améliore le pronostic. Il est donc important de bien connaître son
corps pour savoir repérer le plus tôt possible ce qui pourrait être un mélanome et ainsi le retirer
avant que celui-ci n’évolue.


Pour les personnes à risque, il est recommandé d’effectuer régulièrement un auto-examen
de la peau et de se faire examiner par un médecin une fois par an. De même, en cas de lésion
douteuse ou d’apparition d’une tache brune, évolutive ou dont l’aspect s’est modifié, il ne faut pas
non plus hésiter à consulter un médecin.

La règle ABCDE

Un mélanome peut avoir un grand nombre
d’aspect, ce qui rend sa détection d’autant
plus compliquée. La règle ABCDE, utilisée
par les dermatologues, permet de distinguer
un simple grain de beauté (naevus bénin)
d’un possible mélanome
 :

  • Asymétrie : forme asymétrique,
  • Bord : bords irréguliers et mal délimités,
  • Couleur : non homogène,
  • Diamètre : diamètre > 6 mm,
  • Evolution : évolution de l’aspect (taille, forme ou couleur).

Différentes stratégies thérapeutiques peuvent être envisagées en fonction du stade du mélanome.
Pour les cancers localisés, la chirurgie est le traitement de référence. Pour certains stades, des
médicaments anticancéreux peuvent être associés à la chirurgie : chimiothérapie, immunothérapie
ou thérapies ciblées.


En quelques années, l’immunothérapie et les thérapies ciblées ont permis de changer
radicalement la prise en charge des patients atteints de mélanome, démontrant des
bénéfices à long terme, même après l’arrêt du traitement.

« Tâchez d’y penser » : une campagne d’information sur le mélanome

Afin d’alerter le grand public sur le risque de mélanome et d’inciter à l’autosurveillance, MSD
France lance la campagne de sensibilisation « #Tâchezdypenser ».


Deux visuels seront ainsi relayés sur les réseaux sociaux : le premier « Je suis un mélanome » pour
sensibiliser sur la dangerosité du mélanome et le second « A faire contrôler » pour favoriser une
meilleure détection du mélanome.

« Je suis un mélanome »
Sensibiliser sur la dangerosité du mélanome
« A faire contrôler »
Favoriser une meilleure détection
du mélanome

Ces messages de prévention, soutenus par une dizaine d’influenceurs présents sur Instagram, rappelleront les bons réflexes à adopter : se protéger du soleil et pratiquer régulièrement un auto-examen de sa peau.

Ils redirigeront vers la brochure « Surveiller ma peau et savoir reconnaître un mélanome », hébergée sur le site d’informations Mon Cancer.com.

>> Téléchargez la brochure d’information

En cas de suspicion d’un mélanome, consulter un médecin favorise un diagnostic précoce,
permettant ainsi au patient de mieux guérir de son cancer.

Alors le mélanome, #tachezdypenser !

1https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Depistage-et-detection-precoce/Detection-precoce-des-cancers-de-la-peau/Epidemiologie#toc-l-essentiel-sur-les-m-lanomes

2 https://dermato-info.fr/fr/les-maladies-de-la-peau/les-m%C3%A9lanomes 

3 https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Melanome-de-la-peau/Developpement 

4 https://www.anses.fr/fr/content/bronzage-artificiel-attention-aux-id%C3%A9es-re%C3%A7ues

5 https://www.fondation-arc.org/cancer/cancer-peau/facteurs-risque-cancer 

FR-CMM-00387