Mesurer, agir, s’améliorer : en 2023, on accélère le rythme sur la RSE

A quoi bon guérir nos patients s’ils vivent sur une planète malade ? 

Toute la réflexion de MSD France sur sa responsabilité environnementale est partie de cette question.

Les enjeux autour de la RSE sont depuis toujours une priorité pour MSD et font écho à notre mission première : sauver et améliorer des vies.

Le changement climatique et la détérioration de la biodiversité, des phénomènes dénoncés depuis plus de 30 ans, sont désormais une réalité et une évidence étayées scientifiquement, face auxquelles des actes forts s’imposent. Alors en 2023, il est urgent d’accélérer notre action avec des mesures concrètes de décarbonation de nos activités, et une rigueur académique dans leur mise en place : mesurer, agir, s’améliorer. 

Chez MSD France, nous avons traduit en actions fortes au niveau de la filiale les engagements pris par notre Groupe. Notre démarche RSE repose ainsi sur 3 piliers : prendre soin de nos collaborateurs, agir pour et avec les patients et s’engager en faveur de l’environnement.

Prendre soin de nos collaborateurs, fondement de notre culture d’entreprise.

Depuis toujours, notre conviction est que le bien-être de nos 850 collaborateurs est une condition sine qua non de notre performance collective. Cela passe par de nombreux programmes pour améliorer la qualité de vie au travail et le développement d’une culture inclusive, ouverte aux autres et sur la société.

Équité professionnelle, diversité, inclusion, culture du bénévolat ne sont jamais aussi explicites qu’avec des exemples concrets : 99/100, c’est notre indice d’égalité femme/homme. 12 semaines, c’est la durée du congé parentalité pour tous les parents accueillant un enfant dans leur foyer. Et depuis peu, les collaborateurs qui assurent aussi le rôle de proches aidants peuvent bénéficier de dons de jours de congés de la part de leurs collègues, abondés par MSD France.

Agir pour et avec les patients, notre raison d’être. 

Notre cœur de métier depuis 130 ans consiste à répondre aux besoins des patients. Intégrés à nos réflexions et nos études, les patients sont les piliers d’une démarche que nous souhaitons partenariale. Concrètement, ce sont 39 associations dans 5 aires thérapeutiques avec lesquelles MSD France travaille pour intégrer les patients dès les phases les plus précoces du cycle de vie du médicament, coconstruire des projets sur le long terme et contribuer à permettre aux patients de devenir acteurs de leur prise en charge, au-delà du médicament.

Et parce que l’innovation est importante pour envisager un monde en meilleure santé, MSD dédie 25% de son chiffre d’affaires à la recherche et au développement de nouvelles molécules, et s’emploie chaque jour à favoriser toujours davantage leur accès pour les patients qui en ont besoin. En outre, pour que la recherche continue d’être prolifique, notre fonds de soutien à la recherche en France, MSDAVENIR, a déjà versé 117 millions d’euros de dotation et permis le dépôt de 18 brevets en seulement 7 ans d’existence. 

Environnement : agir, s’améliorer et aller encore plus loin.     

Plus que jamais conscients du lien indissociable qui existe entre la nature et la santé humaine, nous avons fait le choix d’intégrer pleinement l’impact environnemental de nos activités à notre politique de responsabilité sociale et environnementale (RSE).

Nos engagements s’articulent autour d’un objectif majeur : réduire notre impact de façon significative en nous appuyant sur des actions concrètes, rationnelles et quantifiables !

Il y a un peu plus de 3 ans, nous avions déjà fait le choix d’installer notre siège social dans un bâtiment éco-responsable, certifié Haute Qualité Environnementale (HQE). Pour respecter l’harmonie de ce lieu exceptionnel, nous avons alors encouragé des comportements vertueux : aujourd’hui, chacun à son niveau s’empare de ces sujets au quotidien, avec en permanence à l’esprit l’importance d’agir et de consommer différemment.

En 2022, ce sont les résultats d’un bilan carbone qui nous ont permis de fixer deux objectifs ambitieux : d’une part l’atteinte de la neutralité carbone d’ici 2025 pour nos émissions directes et indirectes liées à nos consommations énergétiques ; d’autre part la réduction de 30% de nos émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2030. 

D’aucuns diront que c’est un début : nous sommes d’accord ! MSD France s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue car la responsabilité à laquelle nous faisons face est indiscutablement collective. Toutefois, au regard de l’urgence climatique, il est important cette année d’aller encore plus loin, encore plus vite.

Dans cette perspective, nous allons notamment porter nos efforts sur le transport, responsable d’une part importante de nos émissions de GES en France (31% en 2019*). Outre le lancement d’une série d’initiatives favorisant les mobilités douces pour les déplacements domicile-travail de nos collaborateurs, nous allons faire évoluer notre flotte automobile vers le 100% électrique à horizon 2030. 

Un autre de nos enjeux en 2023 sera de procéder à la sélection de partenaires et fournisseurs plus responsables afin de réduire les émissions de GES du scope 3. L’engagement de nos collaborateurs sera la pierre angulaire de la réussite de notre démarche, aussi prévoyons-nous de déployer une multitude de rendez-vous et d’initiatives tout au long de l’année, pour continuer à les mobiliser, valoriser les écogestes, recenser et implémenter les idées nouvelles.

Pour soutenir ces efforts de transparence et de co-construction, nous mettons à disposition de tous une brochure qui revient sur les différents piliers de nos engagements RSE. Nous l’actualiserons chaque année pour permettre à chacun de suivre nos avancées et les challenges qui se présentent à nous. 

2023 sera l’année d’accélération de nos actions vers la transition énergétique et nous le ferons ensemble, avec tous les collaborateurs MSD France !

*https://www.notre-environnement.gouv.fr/themes/climat/les-emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-et-l-empreinte-carbone-ressources/article/les-emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-du-secteur-des-transports